Prendre du temps pour soi : pourquoi et comment ?

En tant que parents actifs, on se sent tout le temps débordés, on court toute la journée pour essayer de gérer travail, maison, enfants et on a toujours l’impression de ne pas avoir assez de temps. Et là, on vous dit de prendre du temps pour soi ? On entend même souvent dire : plus vous vous sentez débordé, plus il est important de s’octroyer des pauses et de trouver du temps pour soi, du temps pour faire ce que vous avez envie de faire.

Rien ne changera tant que vous ne vous arrêterez pas. Votre rythme de vie vous submergera. Vous continuerez à vous sentir fatigué et dépassé à essayer de tout gérer. Il VOUS appartient de briser ce cercle vicieux !

S’occuper de soi pour pouvoir s’occuper des autres

Comment avoir de l’énergie pour s’occuper des autres si on ne s’occupe pas de soi même ? On donne toujours la priorité aux enfants, à la famille et à la maison. Et comme on est débordé on ne trouvera jamais ce créneau horaire pour soi. On va consacrer toute son énergie à passer du temps avec ses enfants, veiller à ce qu’ils mangent correctement, les soigner et nettoyer la maison pour garder un foyer propre et rangé.

Mais au bout du compte, on s’épuise et on ne récupère jamais cette énergie dépensée. C’est comparable à avaler les kilomètres en voiture sans jamais faire le plein. Un moment, la voiture n’a plus d’essence et tombe en panne. C’est pareil pour les parents ! Si vous ne rechargez pas les batteries, vous tomberez en panne.

Ce n’est pas pour rien qu’on demande aux parents dans les consignes de sécurité dans l’avion de d’abord mettre son propre masque d’oxygène avant de s’occuper des enfants. Si vous ne commencez pas par vous-même, il se peut que vous n’arriviez plus à appliquer le masque sur le visage de vos enfants ni sur le vôtre. En prenant d’abord soin de vous, vous mettez de votre côté toutes les chances d’avoir l’oxygène nécessaire pour vous occuper correctement de vos enfants.

Pour reprendre l’exemple de l’avion, pensez à votre survie afin de pouvoir veiller aussi à celle des autres !

Prendre du temps pour soi sans culpabiliser

Mais nous n’arrivons pas toujours à prendre du temps pour soi. Même si nous sommes bien conscients qu’il est primordial de s’en octroyer.

Un certain moment, quand les filles étaient encore plus petites, Katja ressentait le besoin d’avoir un moment rien que pour elle. Elle décida de se lancer dans la course à pied, non parce qu’elle était sportive, mais vraiment pour être seule pendant 30 minutes. Un jogging lui semblait être l’activité idéale. Sortir, prendre l’air, facile car aucun déplacement préalable pour se rendre sur le terrain d’entraînement. Katja et Thierry s’étaient accordés sur le moment, deux soirées en semaine en rentrant du travail et avant le dîner, et il revenait donc à Thierry la tâche de préparer le repas et de gérer les filles en même temps.

Katja commença donc à courir. “Super,” nous direz-vous. Et bien pas tant que ça. En réalité, elle ne profitait pas de ce moment. Pendant qu’elle courait, elle n’arrêtait pas de penser à ce qui se passait à la maison. Thierry devait éprouver les pires difficultés à gérer le repas et les filles. Elle l’abandonnait, bref, elle culpabilisait complètement. Ils en ont donc discuté. Elle a expliqué son ressenti et il l’a rassurée. Les 2 x 30 minutes n’étaient pas insurmontables et il arrivait très bien à gérer la situation.

prendre du temps pour soi et faire du sport

Ce n’était pas facile mais Katja a réussi à arrêter de culpabiliser afin de pourvoir profiter pleinement de son jogging du soir. Et toute la famille en ressentait les bienfaits car, en rentrant à la maison, elle avait rechargé ses batteries. Elle était zen et beaucoup plus disponible pour la famille.

Pourquoi partageons-nous cette histoire avec vous ? Pour souligner à quel point il est nécessaire de pourvoir prendre du temps pour soi mais sans culpabiliser, pour en profiter pleinement. Stop à la culpabilisation, tout le monde a le droit et le besoin de s’occuper de soi ! Et souvent on se l’interdit soi même en pensant que c’est un problème.

Faire ce qu’on aime

prendre du temps pour soi et faire ce qu'on aime

Prendre du temps pour soi, c’est s’octroyer un moment à faire ce qu’on aime. Ça ne doit pas être quelque chose d’extraordinaire, il faut juste que ça vous procure du plaisir. Les possibilités sont nombreuses. Entre faire du sport, lire un livre, faire une promenade, faire une sieste, faire du crochet, écouter un podcast, prendre un bain, préparer un gâteau, regarder une série ou simplement NE RIEN FAIRE et profiter du silence, la liste est longue. Ce que vous faites n’est vraiment pas le plus important mais ce qui compte est que vous aimiez vous consacrer à cette activité.

Faire du temps pour soi une priorité

faire une priorité du temps pour soi

Comme on n’a pas le temps pour faire tout ce que l’on voudrait faire, on commence à créer des to do lists. Et souvent on les remplit tellement qu’on n’arrive jamais au bout de sa liste. Souvent on s’occupe d’abord des petites tâches ou de celles qui sont vite expédiées, ou on joue au pompier et on traite les urgences les unes après les autres, et le reste, on reporte au lendemain, encore et encore…

Et, ce faisant, on ne trouve jamais le moment idéal pour son activité choisie censée nous requinquer.

Afin de prendre du temps pour soi, il faut penser différemment. Il faut prendre conscience que le temps pour soi est une priorité et c’est non négociable ! Placez un rendez-vous avec vous-même dans votre agenda et tenez-y vous. Organisez-vous entre parents pour fixer le bon moment, chacun son tour.

Apprendre à dire non

Souvent nous n’osons pas dire non aux invitations ou aux demandes d’aide de notre entourage. Mais en acceptant tout à tout moment, nous remplissons notre emploi de temps et il devient alors très difficile de trouver des moments pour soi. Et si on osait dire “non” ? Peut-être serait-ce la clé pour laisser vides des plages horaires dans notre planning. Plages que l’on pourrait utiliser pour faire ce qu’on aime ?

dire non pour prendre du temps pour soi

Réalisez que dire “non” à quelque chose signifie dans le même temps dire “oui” à autre chose ! Comme l’explique très justement le livre “L’Essentialisme” de Greg McKeown, il faut dire non, fermement mais poliment, pour retourner à l’essentiel, à ce que nous avons défini comme le plus important pour nous.

Si nous avons donc fait du temps pour soi une priorité, il faut éliminer tout le superflu qui nous empêche de prendre ce temps. Et en disant non à certaines “obligations” on arrive à retrouver ce temps si précieux.

Créer des routines

Ah, la rengaine des routines ! Et oui, ces habitudes, ces rituels, ces automatismes nous permettent de réaliser des tâches sans y réfléchir, sans y perdre de l’énergie. Vous pouvez lire notre article sur les bienfaits des routines pour plus de détails.

Les routines peuvent faciliter et simplifier votre organisation afin d’économiser le temps justement nécessaire à ce que vous voulez faire.

Les routines permettent de planifier et de préparer nos affaires, comme le ménage, les repas de la semaine, le linge, et même les rituels du soir pour vos enfants.

Une fois en place, vous utiliserez moins d’énergie pour effectuer vos tâches ménagères et, dans le même temps, vous les réaliserez plus vite. Comme vous gérez mieux votre emploi du temps quotidien, vous ferez des petites choses plus souvent et vous pourrez vous réserver du temps. Du temps pour vous pendant que le bébé fait la sieste, du temps pour vous quand les enfants sont au lit, et même du temps pour vous pendant que les plats mijotent parce que vous avez gagné du temps en préparant le menu de la semaine en avance.

Les routines vous aident à tout faire plus rapidement et plus facilement et permettent donc de prendre du temps pour vous.

installer des routines pour trouver du temps pour soi

Déléguer

Déléguer. Voilà notre dernier précepte important pour dégager du temps pour soi. La délégation des tâches dans la maison est un must. Il est logique que si vous faites tout tout(e) seul(e), vous rencontrerez des difficultés –quasi infranchissables – à trouver du temps. Mais en diminuant le temps consacré aux obligations ménagères, on peut utiliser les heures et minutes épargnées pour ce qu’on aime.

Qu’est-ce qu’on peut déléguer et à qui ?

Les tâches ménagères comme le nettoyage, repassage, préparation des plats, réalisation des courses concernent tous les membres de la famille. Toute la famille vit dans la maison et donc tout le monde doit participer au ménage. Le mieux est d’impliquer les enfant dès le plus jeune âge. Lisez ici comment les faire participer et quelles tâches ils peuvent effectuer.

N’oubliez pas que vous pouvez aussi déléguer une partie de ces tâches à des externes, une aide ménagère par exemple. Nous conseillons de d’abord faire le point en famille, voir qui aime faire quelle tâche, combien de temps chacun peut y consacrer et ensuite voir si l’intervention d’une aide ménagère est indispensable.

On peut aussi s’organiser avec des amis ou d’autres parents de l’entourage pour, pourquoi pas, se partager les trajets des enfants vers leurs activités, scolaires ou extra-scolaires. On effectue les trajets à tour de rôle et cela diminue réellement le temps nécessaire pour “faire le taxi”. Ce temps économisé, nous pouvons le prendre pour souffler un moment.

Les possibilités sont nombreuses. N’ayez pas peur de demander de l’aide et surtout ne l’envisagez pas comme une défaite ou un aveu d’impuissance. On ne peut et, surtout, on ne doit pas faire tout tout(e) seul(e).

Et, à ce sujet, il est très important d’accepter que ce ne sera pas forcement fait comme vous l’auriez fait. Lâchez prise ! Déléguer c’est compter sur un résultat, pas sur la manière. Et rappelez-vous, mieux vaut fait que parfait !

Conclusion

En guise de conclusion, rappelons-nous cette maxime : “Charité bien ordonnée commence par soi-même”. Cela résume parfaitement l’idée de cet article. Si vous ne prenez pas soin de vous, vous ne pourrez pas longtemps prendre soin des autres. Cela ne signifie nullement être égoïste. Peu de gens contestent le bon sens de la formule et c’est donc la raison pour laquelle vous devez vous octroyer du temps sans culpabiliser.

Dites non aux choses que vous aimez moins pour dire oui aux priorités. Économisez votre temps en utilisant un maximum les possibilités qui peuvent s’ouvrir. Celles que vous connaissez déjà et la centaine d’autres dont vous n’avez même pas idée.

Finalement, tout est une question d’organisation, n’est-ce pas ? C’est à vous maintenant de nous donner vos astuces. Quels sont vos moments à vous ? Quelles sont les activités qui vous emplissent de joie … et d’énergie ?

Commentaires

  1. Nicolas Répondre

    Un article tellement important ! Merci à vous deux ! Clairement, penser à soi ne doit pas forcément être ressenti comme une culpabilité ! C’est nécessaire pour éviter de trop tirer sur la corde et de la casser (point de non retour). Merci

    • Katja & Thierry Répondre

      Hello Nicolas,
      Merci pour ton commentaire. En connaissant tes aventures, nous sommes certains que tu as assimilé la nécessité de bien se soigner pour pouvoir également apporter qqch aux autres. 😉

  2. Maëva Répondre

    Article super intéressant, il est tellement important de prendre du temps pour soi ! Cependant on s’oublie trop souvent, j’espère que ton article va pourvoir aider beaucoup de gens à prendre conscience qu’ils doivent se réserver du temp ! Moi je suis convaincu 😊

    • Katja & Thierry Répondre

      Merci Maëva,
      Le problème, c’est qu’il faut y penser et voir cela comme une nécessité. Pas comme un luxe.

  3. Aurore Répondre

    Très bon article, mais déléguer les tâches ménagères à ses enfants ça marche seulement quand ils sont en âge de le faire 🤔 même si j’ai hâte que ce moment arrive, j’ai encore quelques années devant moi…
    Je suis tout a fait d’accord qu’il est important de trouver du temps pour soi, même si c’est que quelques minutes dans la journée.

    • Katja & Thierry Répondre

      Hello Aurore,
      Il y a en effet un temps pour tout. Avec les enfants, cela viendra tout seul et peut-être plus vite qu’on ne le pense. Ils seront demandeurs également, tu verras.

  4. Amélie de Conseils Productivité Répondre

    Tellement intéressant ton article! Et je suis vraiment en accord avec le fait de prendre soin de soi avant de prendre soin des autres. Comment réussir à être là pour les autres si on est déjà pas là pour soi?

    Belle journée

    Amélie

    • Katja & Thierry Répondre

      C’est seulement quand on y réfléchit que cela devient évident. Cela dépend aussi de la personnalité, du mode de fonctionnement de chacun. Certains doivent se faire violence pour arriver à se consacrer un peu de temps pour soi.

  5. Nath nutri-momes Répondre

    Merci pour cet article qui est une bonne piqûre de rappel !

    En tant que maman, on a souvent tendance à culpabiliser lorsqu’on pense à soi. J’ai appris à gérer ça avec la venue de mon 3ème enfant. J’avais besoin de “respirer” de temps en temps !

    J’ai aussi appris à lâcher-prise et à relativiser : la maison n’est pas rangée mais je suis épuisée ? Tant pis, je prends du temps pour moi et je rangerai une autre fois. J’ai appris à m’écouter et à me faire passer avant des tâches qui ne sont pas essentielles à réaliser.

    • Katja & Thierry Répondre

      Exact Nathalie,
      Penser à être en forme soi-même afin de pouvoir assurer derrière.

  6. Steph Répondre

    Un article que j’aime énormément…
    Parfois la vie est trop courte et il faut savoir en profiter et prendre du recul sur certaines choses.
    Ne pas se culpabiliser, une chose que je dois m’améliorer !

    • Katja & Thierry Répondre

      Merci pour ton commentaire Steph,
      Je rajouterais même que la vie est trop courte tout court. Pas parfois 😉
      Surtout ne pas culpabiliser, c’est clair. Sinon, cela ne sert à rien. On ne profite pas des bénéfices de la manœuvre.

  7. Yanis Répondre

    Top ! Merci pour cet article, c’est tout ce dont j’avais besoin en ce moment.

    • Katja & Thierry Répondre

      Merci pour ce commentaire Yanis. C’est sympa !

  8. Marie - japprendsaetremaman.com Répondre

    C’est clair qu’il est indispensable d’en parler avec sa moité pour organiser des temps pour soi, afin qu’aucun ne culpabilise ou se sente floué. Et pour les familles monoparentales, pensez à la famille, les autres parents d’école ou de garderie ou une nounou de manière occasionnelle. Certes cette dernière option a un coût mais 2h de temps en temps peut vraiment être salvateur pour tout le monde !

    • Katja & Thierry Répondre

      C’est vrai Marie,
      Le plus dingue c’est qu’on n’est parfois bloqué. Cela nous empêche d’envisager les possibilités qui existe vraiment. On le rappelle tout le temps :”tant que tu n’auras pas demandé tu resteras avec un NON !”

  9. Sophie Répondre

    Les conseils que vous donnez ici m’ont été super utiles durant toute l’année qui vient de s’écouler, notamment le “apprendre à dire non” et le “déléguer”. Ça a été très difficile pour moi car j’ai une tendance à vouloir tout contrôler, et à vouloir satisfaire sans cesse tout le monde.

    Merci pour cette piqûre de rappel, rien que le fait d’avoir lu cet article m’a fait prendre 5mn pour moi, ce n’est pas rien en ce moment car je suis débordée ! 😉

    • Katja & Thierry Répondre

      Super Sophie,
      c’est chouette de lire des commentaires si encourageants. Cela nous motive vraiment à poursuivre nos publications.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :